Web Trains
Espace membre - Devenir membre - Rédaction - Ecrire un article
Opinions
LocoTrain

Aideaide Forum de discussions

MessageRe : y en a marre
VARDON - 28/11/2005, 14H33

Bonjour,

Beaucoup de choses erronées !

Salaires des conducteurs de trains : 1 220 € NET (1 900€ BRUT) en début de carrière et 2 130 € NET en fin de carrière. Dans tous les cas, PRIMES COMPRISES (dont la compensation pour horaires de nuit) ! On ne peut conduire un TGV qu’après avoir eu une quinzaine d’années d’expérience comme conducteur de train. La prime de charbon n'existe plus, depuis bien longtemps. Il ne faut pas non plus oublier que le conducteur est seul à bord d'un engin de plusieurs milliers de tonnes qui roule à 300 km/h. La moindre inattention peut avoir de graves conséquences. C'est pour cela qu'il fait l'objet d'une attention particulière: les soins constants sont davantage une obligation qu'un privilège. D'ailleurs la fiche "conducteur de train" du site meformer.com précise que "tous les ans, le conducteur passe une visite médicale. Si son état de santé ne répond plus aux normes requises, il est reclassé dans un autre service". Les horaires de travail ne sont pas de 25 H par semaine, mais de 35 H. Et, ces horaires sont faits de multiples tâches : la conduite, bien sûr, mais aussi les vérifications techniques de sécurité. La retraite à 50 ans, elle ne concerne que les conducteurs. La gratuité des soins ? Comme partout ailleurs, la Caisse de Prévoyance (et non pas la SNCF elle-même) passe des conventions avec des établissements de soins, et comme partout ailleurs, les complémentaires, ajoutées aux remboursements de base, permettent de couvrir à 100% CERTAINES prestations. La gratuité des transports ? Les cheminots, et plus encore leurs familles, ont toujours une partie du billet à régler ! Les cheminots paient les réservations TGV et CORAIL TEOZ ainsi que les suppléments couchettes (ils n'ont le droit qu'à 8 dispenses de paiement par an), leurs ayant-droits paient 10% du prix du billet. Il n’existe pas de « prime d’absence de prime » pour les sédentaires.

Pour remettre les choses dans leur contexte on nous parle ici des personnels les plus favorisés (les conducteurs de TGV). Mais il existe des grilles de salaire à la SNCF inférieur au SMIC pour certain personnel. Les cotisations retraites ne prennent pas en compte les primes (d’où des retraites plus faibles).

Les chiffres du début du mail sont aussi erronés. Les chiffres des rapports annuels de la SNCF sont disponibles à partir du site: http://lesfinances.sncf.com
La SNCF dégage tous les ans un excédent brut d'exploitation conséquent, sa dette est soit maintenue à niveau (donc les intérêts sont payés), soit baissée tous les ans depuis dix ans.

Pour ce qui est des subventions, l'essentiel est versé pour les petites lignes, déficitaires, mais maintenues par souci de préservation du service public. Voir le rapport du Sénat relatif au projet communautaire de réforme des règles du transport ferroviaire: http://www.senat.fr/331-rap/331-rap15.html

Voici de véritables chiffres :

Recettes annuelles pour 2004 :
- 8,6 milliards d'euros proviennent directement des clients voyageurs et fret,
- 500 millions d’euros de compensations tarifaires nationales et régionales,
- 2,7 milliards pour rémunérer le travail des cheminots assurant l'entretien du réseau pour le compte de RFF, c’est un contrat de prestation comme tous les autres,
- 900 millions de travaux pour RFF
- 1,9 milliard pour rémunérer les missions de service public effectuées pour les Régions (même chose : ce sont des contrats passés avec elles),
- 900 millions de recettes commerciales, hors transports,
Soit, pour 2004, 15,5 milliards d'euros de recettes correspondant à des services rendus, effectués et achetés.

L'Etat verse à la SNCF une compensation, au titre de la politique sociale nationale, pour l'application de tarifs sociaux (familles nombreuses, veuves de guerre, militaires, ... qui ne paient pas le prix complet). C’est une obligation légale qui s'impose à la SNCF. Montant : 457 millions d'euros. Mais ce n’est pas une subvention, c’est la compensation d’un manque à gagner, imposé par l'Etat. Ne parler que de la rémunération que la SNCF reçoit de la part des Régions, c'est oublier que Connex dans les transports, Suez ou Veolia pour l’eau, et toutes les entreprises du BTP en reçoivent aussi. Comme tout prestataire de service public, la SNCF reçoit une rémunération définie par contrat avec les régions (et le STIF en Ile-de-France) pour l'offre TER et Transilien : 1,9 milliards. Un exemple : si vos enfants utilisent le métro ou le bus pour aller à l’école, ils ne paient pas le vrai prix : en fait, la région ou la ville décident de leur faire payer moins et elles règlent la différence aux transporteurs publics ou privés. La SNCF a reçu 28 millions de subventions (et non 12 milliards !) pour ses emplois-jeunes comme toute entreprise qui en a embauché.

Les retraites à la SNCF sont payées par les salariés, avec leurs cotisations, par l'entreprise et par l'Etat. Les avantages spécifiques du régime spécial de retraite des cheminots sont en quasi-totalité financés par l'entreprise elle-même et non par vos impôts. L'Etat, de son côté, verse à la Caisse de Retraite (et non pas à la SNCF) 2,37 milliards d’euros pour compenser le fait que les 165 000 cheminots actifs ne peuvent pas, à eux seuls, payer la retraite de 320 000 anciens cheminots. C’est d’ailleurs un Règlement de la Communauté européenne (n°1192/69) de 1969 qui fait obligation aux Etats membres (tous les Etats membres !) de compenser le déficit démographique pour les régimes de retraite structurellement déficitaires. Ce rééquilibrage existe dans d'autres professions qui ont plus de retraités que d’actifs (les mineurs ou les sidérurgistes, par exemple). Cela existe même au sein du régime général ! En effet, les cotisations des actifs d'une profession en croissance (au hasard, les informaticiens), parce que plus nombreux, paieront en fait la retraite d'anciens d'une profession dont les actifs sont moins nombreux que ses propres retraités (toujours au hasard, les ouvriers du textile). C'est la solidarité nationale, mais noyée dans le régime général, on oublie de s'en souvenir ! Remarque : vous voyez à quel point l’entreprise SNCF s’est restructurée et modernisée pour passer de 450 000 cheminots à la Libération à 165 000 aujourd’hui…

En 1997, la dette de la SNCF qui restait à la SNCF après la création de RFF, s’élevait à 7,5 milliards d’euros. Elle correspondait aux déficits d’exploitation antérieurs. Elle est aujourd’hui de 6,5 milliards d’euros. Elle a donc baissé !
La dette qu'a récupérée RFF (qui s’élève à 27,6 milliards d’euros aujourd’hui, alors qu’elle était de 20,5 en 1997) correspond à des investissements d’infrastructure (essentiellement, les lignes nouvelles à grande vitesse). Ils ont été faits au nom de l’Etat pour le bénéfice (réel et reconnu) de toute la collectivité nationale…

Progression du trafic Grandes Lignes depuis 1996 : + 26% (+ 70% pour le TGV)
Progression du trafic TER depuis 1996 : + 32%
Progression du trafic Transilien depuis 1996 : + 12%
Résultat courant semestriel fin juin 2005 : + 82 millions d’euros

Cordialement !

Stéphane VARDON
Contrôleur SNCF - PARIS MONTPARNASSE


--- Message d'origine ---
~ Restez calmes en lisant ce qui suit : SNCF
~
~ Recettes annuelles : 9 milliards d'euros
~
~ Budget annuel : 18 milliards d'euros
~
~ Subvention annuelle de l'état : 12 milliards d'euros soit un Crédit Lyonnais
~ tous les deux ans avec nos impôts !
~
~ Financement des retraites : 14 milliards toujours avec nos impôts
~
~ Dette à financer : 2 milliards (SNCF +RFF, l'équivalent du CDR au Lyonnais)
~
~ Situation d'un conducteur de TGV :
~ => Salaire : de 2 200 euros net en début de carrière (2 smics) a 3 200 € (4 880 € net conducteur TGV) en fin de carrière. => Plus :
~ - prime de fin d'année,
~ - prime de travail (restons calme),
~ - prime de parcours,
~ - prime de TGV,
~ - prime de charbon (vous lisez bien),
~ - gratification de vacances (restons calme),
~ - gratification annuelle d'exploitation,
~ - indemnités pour heures supplémentaires,
~ - allocation de déplacements (non imposable) etc.
~
~ Horaire de travail : 25 heures par semaine (vive les 35 heures)
~
~ Pour un conducteur TGV de 40 ans le salaire net Annuel toutes primes et avantages confondus s'élève a 75 000 € (source vie du rail 2002) (là vous pleurez !!!)
~
~ Retraite à 50 ans (quand la France entière doit travailler jusqu'a 60 ans)
~
~ Soins : gratuits (sur leur temps de travail) auprès d'un des 15.900 établissements de soins agrées ou ils sont couverts à.. 100 %
~
~ Attendez … ce n’est pas fini !!!
~ Autres privilèges : gratuité des transports pour les agents et leur famille,
~ C.E. très généreux, ET L'EMPLOI A VIE... ET ILS OSENT SE METTRE EN GREVE ET PRENDRE LES USAGERS (le mot client n'existe pas a la SNCF) EN OTAGE …
~ ET ON LAISSE FAIRE...
~
~ Encore quelques petites dernières pour vous achever !
~ Pour les sédentaires qui n'avaient droit à aucune prime, la SNCF leur a créé la "prime d'absence de prime" !!! (texto !)
~
~ La SNCF représente 1% des emplois en France mais ses salariés cumulent 20% des jours de grève effectués en France
~
~
~ http://www.webtrains.net/actualites.php?article=1000000477

HistoriqueHistorique de la discussion

Message précédent (dans le fil de discussion) :

y en a marre - momo (22/11/2005, 19H23)

Ecrire un messageParticiper à la discussion

Pause
Le projet Web Trains est aujourd'hui en pause. L'intégralité du contenu reste toutefois accessible sur le site international et les versions locales
Veuillez nous excusez de la gêne occasionnée
Informations juridiques
Nous vous rappelons que l'usage de ce forum est définie par la charte Web Trains disponible sur le site du Groupe Web Trains.
Réseau Web Trains : LocoTrain Web Trains LocoTrain Web Trains via-train.com Web Trains Web Trains Web Trains Yellow Trains
© Copyright Web Trains 2019
Site et contenu protégés par le droit d'auteur et le Code de la Propriété Intellectuelle Française
Site horodaté et déposé auprès d'un huissier de justice
Toute reproduction engagera des poursuites judiciaires

Confidentialité - Conditions d'utilisation
Groupe Web Trains
Web Trains est un site internet du projet Web Trains : le projet, les sites, la rédaction et les informations légales

Web Trains dans le monde
Benelux - Deutschland - France - España - Italia - Suisse - United Kingdom - USA